Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Encore un jour se lève (Ft. Toni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
› J'ai posé mes valises le : 12/11/2017
› Sms envoyés : : 57
› Etudes/Métier : Flic pour l'unité des renseignements, ancien soldat

› Mon adresse : : N#133 - Appartement à stanley street
› Mon anniversaire : : 23/04/1984
› Age : : 34
› Avatar: : Jesse L. Soffer


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit: petit prince
Présence : Présent(e)
Disponibilité RP: Disponible

Message(#) Sujet: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Lun 20 Nov - 14:32


   
nos mots innocents
Toni & Pharrell

   
« Sublime & silence, autour de moi tu danses. Et moi j'oublie, c'est à toi que je pense. »
Les jours passent et ne se ressemble pas, ou presque. Chaque jour je me lève avec cette boule au ventre me demandant bien ce qui va bien pouvoir me tomber sur la tête aujourd'hui. J'ai un côté assez pessimiste c'est vrai je le reconnais et j'ai énormément de mal à changer ce côté-là de moi. J'ai également du mal à m'ouvrir aux autres, j'ai l'impression d'être jugé en permanence et de véhiculer une image qui est complètement fausse de moi. Oui, je suis sans cesse en train de me torturer le cerveau avec tout ça et c'est tout simplement une horreur croyez-moi. Comme tous les jours maintenant depuis quelques années, je me rends au boulot dès huit heures du matin. Dès que j'arrive en général je suis toujours dans les premiers alors j'en profite pour prendre une tasse de café histoire de bien me réveiller et c'est en général à ce moment-là que le reste de l'équipe arrive. Nous sommes huit, chef inclus, à travailler dans cette unité et en binôme à chaque fois. Deux filles dans l'équipe, et six garçons et je me retrouve forcément avec l'une d'entre elle, Toni. Au départ, lorsque le chef m'a énoncé son nom avant de la voir j'étais persuadé que c'était un homme alors je vous laisse imaginer la tête que j'ai eue lorsque j'ai vu que c'était une femme. J'ai eu en quelque sorte une relation avec mon ex collègue, j'étais droit et sincère avec elle sauf qu'elle a mis les voiles du jour au lendemain pour New York sans aucune explication alors que j'allais la demander en mariage, mais quel con j'ai été de me donner autant pour quelqu'un qui part sans rien dire. Bref, je dois arrêter de penser à elle et me concentrer uniquement sur mon boulot. En parlant de collègue, voilà ma nouvelle tête blonde.

« Tiens, salut tête blonde. » Lui dit-je pour la taquiner, j'aime bien ça. « Un café ? »
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 05/07/2017
› Sms envoyés : : 282
› Etudes/Métier : Détective dans l'unité des renseignements.

› Mon adresse : : # Sud de la ville
› Mon anniversaire : : 08/04/1987
› Age : : 31
› Avatar: : Tracy Spiridakos


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit:
Présence :
Disponibilité RP:

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Lun 20 Nov - 18:19


   
nos mots innocents
Pharrell & Toni

   
« La rivière te ressemble, au moins en apparence, pourtant tu fuis. »
Ma tête. J'ai mal à la tête. Hier soir, j'étais seule et j'ai peut-être un peu trop forcé sur les packs de bières que je me suis achetée ce week-end. Je le savais bien que je ne devais pas faiblir face à cette promotion mais je ne suis qu'une femme faible face à un pack offert pour deux achetés. Mais me voilà bien arrangé. Je n'ai même pas eu le courage d'aller jusqu'à mon lit. C'est mon téléphone vibrant sur la table basse du coin salon qui m'a réveillé. J'ai eu du mal à émerger puis j'ai attraper ce fichu téléphone. Tout de suite je me suis réveillée, tout de suite mon cœur s'est mis à battre plus fort. Une lueur d'espoir, un rêve qui se réalise. Le nom de celle que j'aime toujours un peu trop, même si c'est caché au fin fond de mon cœur. Sur le coup, j'hésite à lui répondre. Et si elle venait me parler juste car l'autre traînée l'a quitté. De toute façon, j'y retournerais au grand galop. C'est pour ça que je repose mon téléphone, la raison l'emporte sur la passion. Je reçois une notification me disant qu'elle a laissé un message. Je ne dois pas l'écouter, je dois être forte, ce n'est pas un pack de bière. Je me lève et je vais me préparer. Des gestes automatiques qui ne m'empêche pas de ne pas penser à elle. Et puis merde. Une brosse à dent dans la bouche, en sous vêtement, je rejoins mon canapé, attrape le téléphone et compose le numéro pour ma messagerie. Mon cœur se fend quand j’entends sa voix et ses paroles. Que j'arrête de la harceler ? Comment je pourrais ? Je ne l'ai même pas contacter ces derniers jours, voir mois. Je raccroche pour regarder dans mes messages. Ne me dîtes pas que j'ai vraiment envoyer un message à celle que j'aime ? En plus je lui explique A+B que l'on doit être ensemble, qu'elle doit me revenir car je suis la seule qui pourra la rendre heureuse. Je balance mon téléphone, il rate le canapé, mon talent de basketteur n'est pas révélé à cet instant. Je finis de me préparer.

Je fini même par oublier mon téléphone qui est sur le sol. Je considère que je n'en aurais pas besoin pour aujourd'hui et au moins, je ne risquerais pas de l'appeler. Je prend ma voiture, écoute de la musique, espérant me changer les idées mais je n'arrive à rien. Je me gare non loin du commissariat. Et comme à mon habitude j'arrive la dernière. On pourrait croire que j'aime faire mon entrée alors que non, je suis juste une grosse flemmarde qui n'a pas envie de tous les voir. En parlant de tous, Pharrell est à côté de la machine à café. Comme d'habitude, je ne lui souris pas, j'essaie toujours de camoufler le fait qu'une nouvelle fois pour aujourd'hui, mon cœur s'emballe. Est-ce qu'il est possible  d'être amoureuse de deux personnes à la fois ? Oh non ! Je ne suis pas amoureuse de lui ! Loin de là, pas d'un homme en tout cas. Mais là, je dois faire attention à ce qu'il me dit car ses lèvres bougent et je ne fais pas gaffe à ce qu'il radote. Je ne fais même pas attention à la façon dont il m'appelle. Mais j'ai jute l'air suspecte à regarder ses lèvres. Toni, dis bonjour, soit poli.

« Bonjour. Oui je veux bien s'il te plaît » lui dis-je en laissant apparaître le début d'un sourire.

Il est gentil avec moi, je n'ai pas le droit d'être méchante avec lui. Il essaie de m'intégrer et si je montre à mon chef que je suis intégrée il me mettra peut-être seule pour travailler. C'est bien ça Toni !span>
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 12/11/2017
› Sms envoyés : : 57
› Etudes/Métier : Flic pour l'unité des renseignements, ancien soldat

› Mon adresse : : N#133 - Appartement à stanley street
› Mon anniversaire : : 23/04/1984
› Age : : 34
› Avatar: : Jesse L. Soffer


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit: petit prince
Présence : Présent(e)
Disponibilité RP: Disponible

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Lun 20 Nov - 19:09


   
nos mots innocents
Toni & Pharrell

   
« Sublime & silence, autour de moi tu danses. Et moi j'oublie, c'est à toi que je pense. »
J'aime ce métier, j'aime être utile aux autres et surtout ne pas penser à mes propres soucis. Bon, ça c'est moins sûr, mais disons que je me concentre sur les enquêtes et je pense moins, ça fait du bien en quelque sorte. J'avoue que ce qui est le plus compliqué pour moi c'est de me lever le matin, je ne déjeune pas car je suis toujours en retard si je me mets à m'asseoir à ma table pour manger. Mon boulot est ma seule distraction et mes collègues finalement, ma seule vie sociable. Ça fait peur ? Oui je sais, mais bon on ne s'attardera pas sur ce sujet. Comme assez souvent, je me retrouve dans les premiers à arriver au bureau et j'en profite donc pour prendre une tasse de café, j'espère qu'elle me réveillera cette tasse j'en ai bien besoin. Alors que je profite de cette première pause café, les autres membres de l'équipe arrivent petit à petit et salut tout le monde un par un. Tout le monde retrouve son partenaire pour cette nouvelle semaine, sauf moi puisque ma collègue n'est pas encore là. Elle est souvent en retard je le sais, mais bon personnellement ça ne me dérange pas. Alors que je commence à boire ma tasse de café là voilà qui débarque. « Bonjour. Oui je veux bien s'il te plaît » Je prépare une tasse pour elle tout en la regardant bizarrement. À voir sa tête, on ne peut pas dire qu'elle semble aller bien. Je ne la connais pas par cœur c'est vrai, mais je sais quand même que cette tête quelle affiche n'est pas naturelle ça n'est pas celle de tous les jours. Pour preuve, elle n'a même pas fait attention à ce surnom que je lui ai lancé.

« Tu as une salle tête tu sais ? »

Normalement c'est quelque chose qui devrait la faire réagir, en toute logique. Je lui tends ensuite sa tasse de café, espérant que comme pour moi ça va la réveiller. Bonjour l'ambiance pour la journée si jamais elle est de mauvaise humeur.

« Des soucis de couple ? »

Je ne connais absolument rien de sa vie privée, mais je dois reconnaître qu'elle est vraiment très belle et sexy alors il n'y aurait pas vraiment de raison qu'elle soit célibataire. Non ?

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 05/07/2017
› Sms envoyés : : 282
› Etudes/Métier : Détective dans l'unité des renseignements.

› Mon adresse : : # Sud de la ville
› Mon anniversaire : : 08/04/1987
› Age : : 31
› Avatar: : Tracy Spiridakos


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit:
Présence :
Disponibilité RP:

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Lun 20 Nov - 21:30


 
nos mots innocents
Pharrell & Toni

 
« La rivière te ressemble, au moins en apparence, pourtant tu fuis. »
J'aime mon métier comme j'ai appris à le détester. Pendant de longues année je n'ai jamais penser pouvoir avoir ce sentiment envers lui. J'étais entrée dans la police en partie car ça emmerdait mes parents. Ils voulaient un garçon, j'ai voulu leur faire plaisir en faisant un métier d'homme mais voilà qu'ils s'en fichaient. Ils n'ont jamais prêter attention à moi, ils n'ont jamais guéris mes bobos aux genoux quand je tombais dans le jardin. Au mieux on me donnait une double ration du dîner. J'étais vraiment une déception, je n'étais que comme mes sœurs alors qu'ils espéraient tellement que je sois différente. J'ai appris à détester mon métier depuis que j'ai compris que ma copine m'avait trompé. C'était grâce à un gala que l'on s'est rencontrée. Je pars du principe que sans ça on ne se serait jamais aimé, je n'aurais jamais souffert et surtout je n'aurais pas ses images dans ma tête, elle avec une autre. Ma sœur m'a souvent dit que je devais aller de l'avant car elle ne me méritait pas car au final, tant pis pour elle. Mon dieu que j'ai essayé de faire comme elle m'a dit, d'essayer de l'oublier mais son souvenir revient toujours au galop. Bien sûr que j'ai essayé de fréquenter d'autres femmes mais ce n'était que des coups d'un soir, aucune d'entre elles ne me procurait le même plaisir.

J'arrive au travail dérangé, surtout par ce qu'il s'est passé ce matin, ou plutôt cette nuit. J'ai du mal à croire à ce que j'ai fait, pourtant j'en avais la preuve sous les yeux. J'avais fait une connerie et ça faisait mal, c'était comme une deuxième longue chute. J'arrive toujours la dernière, je sais que je devrais changer ce comportement car ça ne le fait pas devant ses supérieurs mais moi je l'aime bien le Pharrell proche de la machine à café, prêt à m'en faire un. Il me fixe, même si j'ai envie réussis à ne plus le regarder, j'ai l'impression qu'il me fixe. Je lève vite fait les yeux pour approuver ce à quoi je pense. Voilà que je le regarde telle une adolescente en plein crush sur le quarterback de l'équipe, j'ai l'impression de rougir alors je baisse le regard. Pourquoi sa question me décroche un rire ? C'est peut-être nerveux après tout. Est-ce que j'ai une sale tête ? Oui, comme tous les jours, peut-être un peu plus aujourd'hui.

« Oui je sais, j'ai mal dormis cette nuit » lui répondais-je un peu sèchement.

Parfois, je ne me contrôle pas quand je parle. Surtout avec lui. Mais je sais pourquoi. Il m'attire, tout m'attire en lui, son sourire, son regard, sa voix, son uniforme. Alors c'est comme si j'essaie de le repousser car j'ai l'impression de ne pas avoir besoin de lui, je n'ai besoin de personne même ! J'attrape la tasse de café qu'il me tend et le remercie. Ce sont des petites attentions comme ça qui me font fondre. La plupart n'aurait même pas fait attention à ma sale tête comme il le dit.

« C'est une longue histoire, je t'en ferais le récit si tu le souhaites ».

C'est ironique, jamais je lui parlerais de ce que j'ai vu et de ce que j'ai vécu. Jamais. Est-ce qu'il pense que je suis en couple ? J'ai une tête à être en couple ? Car franchement j'aimerais bien l'être, l routine ça me plait, ça prouve qu'on s'est posé. Bien sûr ça ne plaît pas à tout le monde et je l'ai compris. Est-ce que lui ça lui plaît ? Euh.... Toni... Pense pas à ça,là, maintenant, devant lui... Change de sujet.

« Bon, on a quoi de prévu pour aujourd'hui ? » demandais-je à haute voix en lui tapant gentiment sur l'épaule.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 12/11/2017
› Sms envoyés : : 57
› Etudes/Métier : Flic pour l'unité des renseignements, ancien soldat

› Mon adresse : : N#133 - Appartement à stanley street
› Mon anniversaire : : 23/04/1984
› Age : : 34
› Avatar: : Jesse L. Soffer


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit: petit prince
Présence : Présent(e)
Disponibilité RP: Disponible

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Mer 22 Nov - 19:08


   
nos mots innocents
Toni & Pharrell

   
« Sublime & silence, autour de moi tu danses. Et moi j'oublie, c'est à toi que je pense. »
Tout le monde à son caractère et il faut dire qu'ici au bureau, dans cette équipe, tout le monde a un caractère totalement différent. Il y a des tempéraments calme et doux et d'autre beaucoup plus impulsif et j'en fais partie, tout comme Toni d'ailleurs c'est peut-être pour ça que nous faisons équipe tous les deux. Dans cette équipe de huit, il n'y a que deux filles et je suis donc en équipe avec l'une d'entre elle. Je ne me plains pas, enfin … plus. Je suis tombé avec celle qui me ressemble le plus niveau caractère bon, parfois ça fait des étincelles comme parfois sur le terrain ça peut marcher. Je suis taquin, et forcément j'aime bien la chercher même si parfois ça peut partir très vite. « Oui je sais, j'ai mal dormis cette nuit » Après tout ça arrive à tout le monde, et je serais vraiment mal placé pour juger quand même.

« Ouais, je connais ça ... »

Je ne cherche pas à savoir pourquoi elle n'a pas dormi de la nuit, d'une car ça ne me regarde pas et puis d'autre par simplement car j'ai pas envie de m'en mêler et de me faire jeter tout simplement. Oui, elle a tout de même un sacré caractère et je reconnais que j'en tiens une sacré couche également. Presque instinctivement je lui demande si c'est une histoire de couple. Peut-être que de manière détournée j'essaie de savoir si elle est en couple ou non. À ma grande surprise elle me répond quand même. « C'est une longue histoire, je t'en ferais le récit si tu le souhaites ». Je la regarde sérieusement.

« Si c'est avec plus de deux chapitres je vais rapidement avoir du mal à suivre tu sais. »

Tout le monde est enfin présent, la journée va bien commencer pour nous et nous ne savons pas encore ce que nous allons avoir à faire. « Bon, on a quoi de prévu pour aujourd'hui ? » Je dépose ma tasse de café dans l'évier en levant les épaules.

« Aucune idée, j'ai pas parler au chef. Rejoignons les autres pour savoir. »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 05/07/2017
› Sms envoyés : : 282
› Etudes/Métier : Détective dans l'unité des renseignements.

› Mon adresse : : # Sud de la ville
› Mon anniversaire : : 08/04/1987
› Age : : 31
› Avatar: : Tracy Spiridakos


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit:
Présence :
Disponibilité RP:

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Dim 26 Nov - 11:02


 
nos mots innocents
Pharrell & Toni

 
« La rivière te ressemble, au moins en apparence, pourtant tu fuis. »
Mon enfance, mon adolescence et même ma vie d'adulte m'a forgé mon caractère. Dans la cours de l'école, j'étais toujours celle qui ne souriait jamais. Je jouais avec plus de garçon que de fille. J'avais les cheveux courts. C'était peut-être inconscient mais je voulais sûrement leur ressembler. Je voulais avoir l'attention de mes parents que je n'avais pas. Ca n'a jamais marché, ils m'ont toujours laisser sur la touche. On me nourrissait, laver mes fringues mais ma mère ne m'aurait jamais fait de couette. A l'adolescence, c'est ma plus grande de ses sœurs qui m'accrochait les cheveux. C'est même elle qui m'a appris à me maquiller. J'avais toujours penser que c'était le rôle d'une mère ça. Moi, je sais que si j'avais un enfant, je ferais tout pour lui. Enfin, un enfant, mes parents en ont eu six. Je ne voulais pas être méchante envers le monde entier mais c'est comme si on me faisait payer le fait d'être une fille. Je me suis calmais que lorsque j'ai rencontré celle que j'aime. Elle avait les mots pour me calmer puis au pire, le monde autour de nous je m'en fichais, je ne voyais que par elle, j'aurais déplacer des montagnes pour qu'elle m'aime toujours. Sauf, que quand je l'ai vu dans les bras de cette autre fille, la réalité m'a frappé en plein visage et j'ai retrouvé ma vraie nature. Du jour au lendemain j'ai changé et on ne s'est pas gênée de me le dire. J'ai tout quitter pour changer de ville, j'ai eu de la chance de pouvoir le faire rapidement. Et arrivée ici, on me met avec Pharrell, j'avais pris le temps de dire à mon supérieur que je voulais travailler seule comme je le faisais dans l'Ohio. Il m'a juste dit qu'ici on travaille par deux. Je suis quand même contente d'être tombé sur un garçon. Je n'aurais pas aimé tomber avec l'autre fille. J'ai une sale tête à cause de l'alcool, à cause de mes conneries à répétition mais comment lui dire ? Déjà, est-ce que j'ai le droit de lui dire ? Alors, je lui répond simplement que j'ai mal dormis, ce qui est faux sachant que l'alcool me fait dormir comme un bébé. Il me répond juste qu'il connaît ça. D'un coup, il attire mon attention, je le fixe. Puis je baisse le regard vers ma tasse de café reconnaissant que ma fixation pourrait lui faire peur. Je lève à nouveau le regard vers lui et je hausse les épaules.

J'ai toujours l'air méchante quand je lui répond. Je ne le veux pas forcément, c'est juste ma façon naturelle de parler. Ce que j'aime chez lui, c'est son caractère, il me ressemble beaucoup. Peut-être qu'on a vécu la même chose… Quand je regarde ses yeux, il a l'air ailleurs, jamais vraiment présent. Lui aussi a des choses à dire mas on ne se connaît pas assez pour s'avouer ces choses. Je dois avouer qu'il me déçoit, j'aurais voulu qu'il me dise autre chose. Je ne voulais pas de sa voix désolé. C'est comme si je veux que l'on parle ensemble. Merde, j'ai envie de le connaître… Il me décroche un sourire avec sa phrase. C'est quoi son pouvoir ? Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas souris naturellement, même qu'il n'a jamais du me voir sourire.

« Je te ferais un résumé dans ce cas là, comme ça, il n'y aura qu'un chapitre et demi. »

Bien sûr que je devrais parler de mon histoire, à quelqu'un d'autre que mon appartement. J'ai envie d'hurler ma peine car je n'en ai jamais eu l'occasion. Même envers mon ex, je n'ai rien dit, je suis partis, elle n'a pas chercher à me retrouver de toute façon. Je pense que c'est ça qui m'a fait le plus de mal, elle m'a totalement ignoré. C'est comme si elle vivait cette double relation depuis pas mal de temps déjà, comment j'ai pu être aussi aveugle ? Je décide de changer de sujet. Dans mon esprit, il y a pleins de choses qui se mélange. Chaque jour j'imprime un peu plus l'image de ses lèvres. Je sais que ça ne prépare rien de bon pour moi de faire ça, mais je ne peux pas m'en empêcher. Je lui demande ce qu'on doit faire aujourd'hui. Il n'en sait pas plus que moi alors je vais ce qu'il dit. Je finis mon café et pose ma tasse à côté de la sienne. J'aurais tellement voulu qu'il ne parte pas tout de suite, qu'il reste à côté de moi, sa main sur sa tasse pour que quand je pose la mienne, nos mains s'éffleurent. Pendant quelques secondes je beugue à ma volonté puis je le rejoins.

On se retrouve tous et le chef nous ce que l'on doit faire pour la journée. Pharrell et moi sommes cantonné à surveiller un hangar. Ceux que l'on recherche ont leur base là-bas alors on doit se faire le plus discret possible et on doit essayer de voir quel individu rentre dans le hangar et qui en sort. Tout cela pour nous dire qu'on va devoir rester ensemble, dans un espace confiné qui est la voiture pendant une journée. De tout façon, j'ai juste le droit de fermer ma gueule alors je me tourne vers Pharell pour lui dire.

« Tu prends le volant ? »

C'est comme si j'avais encore de l'alcool dans le sang alors je ne préfère pas conduire, en plus de cela, j'aurais peut-être l'envie d'aller m'écraser dans un mur avec la voiture alors pour notre sécurité, c'est mieux qu'il l'a prenne.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 12/11/2017
› Sms envoyés : : 57
› Etudes/Métier : Flic pour l'unité des renseignements, ancien soldat

› Mon adresse : : N#133 - Appartement à stanley street
› Mon anniversaire : : 23/04/1984
› Age : : 34
› Avatar: : Jesse L. Soffer


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit: petit prince
Présence : Présent(e)
Disponibilité RP: Disponible

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Lun 27 Nov - 18:11


   
nos mots innocents
Toni & Pharrell

   
« Sublime & silence, autour de moi tu danses. Et moi j'oublie, c'est à toi que je pense. »
J'ai jamais été doué pour les relations avec les autres. Je crois que je suis plutôt un loup solitaire ou quelque chose comme ça, dans ce genre-là. Je pense que personne ne me connait réellement, personne ne sait qui je suis et je pense également que je cache très bien mon jeu. Mes collègues ne me connaisse pas non plus ou alors strictement le minimum et c'est déjà pas mal pour ma part. Toni elle fait équipe avec moi et pourtant je ne connais absolument rien de sa vie, en même temps j'ai pas réellement chercher à savoir c'est vrai, mais elle n'a pas non plus chercher à me dire des choses. « Je te ferais un résumé dans ce cas-là, comme ça, il n'y aura qu'un chapitre et demi. » Même si on ne dirait pas comme ça, elle a quand même de l'humour c'est plutôt pas mal. Je souris alors en coin à la jolie blonde.

« Un chapitre et demi ? Ouais … ça va je prends ! »

Je devrai quand même réussir à suivre au moins ça non ? Je reconnais qu'assez rapidement je me lasse des histoires des autres, mais je suis sûr que la sienne je la suivrais jusqu'au bout. Pourquoi ? Peut-être parce que cette femme m'intéresse, mais comme toujours il est hors de question que je dise quoi que ça soit. Après la grosse gifle que j'ai eu il y a quelques mois maintenant, il est hors de question que je me livre à nouveau à une femme pour faire piétiné au premier faux pas. En réalité, je ne sais même pas si je l'intéresse, j'ai pas vraiment eu de signe précis de ça part et en même temps nous sommes là pour travailler et non pas pour faire une rencontre ou autre. Nous rejoignons le reste de la team et le chef nous annonce ce que nous devons faire et c'est une surveillance avec Toni non loin d'un hangar dans notre voiture de service. Bon, c'est pas le plus palpitant je le reconnais, mais c'est pas non plus le pire vu le froid qu'il peut faire dehors au moins nous serons au chaud. « Tu prends le volant ? » Macho comme je suis, forcément j'ai tendance à répondre,

« Bien sûr que oui, hors de question que tu prennes le volant tu roules beaucoup trop lentement. »

C'est faux en réalité, mais c'est pour la taquiner. En réalité je pense que j'ai envie de l'énerver un petit peu, la faire sortir de son état de léthargie. Elle semble complètement ailleurs, voir même … triste et j'aime pas la voir comme ça alors maladroit comme je suis, je me débrouille comme ça pour la réveiller. En quelque sorte. Nous prenons alors la voiture, Toni dans le rôle du passager et moi dans le rôle du conducteur, nous rejoignons alors le fameux hangar.

« Pas trop froid ? »

Oui, j'essaie quand même de prendre soin d'elle, après tout c'est quand même ma partenaire.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 05/07/2017
› Sms envoyés : : 282
› Etudes/Métier : Détective dans l'unité des renseignements.

› Mon adresse : : # Sud de la ville
› Mon anniversaire : : 08/04/1987
› Age : : 31
› Avatar: : Tracy Spiridakos


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit:
Présence :
Disponibilité RP:

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Lun 18 Déc - 15:45


nos mots innocents
Pharrell & Toni

« La rivière te ressemble, au moins en apparence, pourtant tu fuis. »
J'ai toujours eu besoin de l'attention sur moi. Même si j'aime travailler seule car j'ai vite compris que je ne peux faire confiance à personne, une fois rentré chez moi, quand je retrouvais ma petite amie j'aimais être le seul objet de son attention. C'était rare pour moi de reprendre des dossiers à la maison et quand ça m'arrivait, elle me trainais toujours dans notre lit pour me faire penser à autre chose. Avec elle, j'aimais être contre sa peau, j'aimais qu'elle me dise que j'étais la plus belle. Elle me donnait vraiment l'attention que je n'avais pas eu pendant mon enfance. C'est pour ça que j'ai complètement péter un câble quand elle est partis en voir une autre. Je ne voulais pas que son attention soit prise par une autre femme pourtant c'est ce qu'il se passait, je ne voulais pas me retrouver seule en rentrant du travail. Et pendant longtemps, je suis restée jusqu'à des heures tardives la nuit à mon bureau pour travailler. Je ne voulais pas voir la vérité en face, donc je ne voulais pas voir que c'était vide notre appartement depuis qu'elle a enlevé ses affaires.

Je ris à sa réponse. Pourquoi je serais méchante avec lui, il fait des efforts pour moi non ? Ou juste je me fais des idées et qu'il est comme ça avec tout le monde. Enfin. Je ne crois pas, il est souvent seul lui aussi, quand je le laisse travailler de son côté, aucun autre collègue ne va le voir. Mais ça me fait peur ce que je viens de lui dire, c'est comme un deal pour lui parler de ma vie. Qu'est-ce que je pourrais bien lui dire ? Sincèrement, il n'y a rien d'intéressant à dire sur moi à part que je suis toujours l'abandonner. Même, comment lui avouer que j'aime les filles. Même si je n'ai jamais eu honte de qui je suis, je n'ai pas envie qu'il me catégorise alors que je viens juste d'arriver. Mais, comment m'avouer qu'il me fait sentir bizarre, qu'il arrive à me faire sourire alors qu'en arrivant je tirais la tronche. En étant méchante envers lui, c'est comme si je me faisais du mal à moi aussi, moi qui ait besoin d'attention. Rien qu'au travail, il m'en donnera. J'aime ses petites attentions vers moi. Est-ce que c'est fait exprès pour me redonner le sourire ? Je lui propose de prendre le volant, je ne me sens pas en état de conduire, je ne veux pas qu'il nous arrive quelque chose. Je ne veux pas lui faire du mal. Toni, reprend tes esprits, c'est un homme, c'est Pharrell. Et c'est quoi cette manie de sourire comme une débile alors que normalement je serais sortis de mes gongs.

« Ca se voit que tu ne m'as jamais vu conduire ! »

Bien sûr que si, il m'a déjà vu conduire. Je dois avouer que je suis le genre de personne à rouler pépère sur la route. J'aime être en voiture, ça m'a toujours détendu. Ce que j'aime le plus, c'est de mettre de la musique et de danser et chanter en même temps qu'accomplir la tâche de conduire. Je sais que ce n'est pas compatible, que je peux risquer un accident à chaque fois, mais ça m'aide à ne rien penser, juste à apprécier le moment.

On rejoint le hangar. Pendant le trajet, je le regarde faire. A travers sa chemise, je vois ses muscles qui se raidissent quand il n'est pas sûr de savoir ce qu'il fait, quand ces cons d'autres conducteurs roulent comme des merdes. Est-ce qu'il veut aussi faire attention  à moi ? Sûrement, vu ce qu'il me demande après s'être garé proche du hangar. La journée va être à nouveau longue. On a l'habitude de faire ce genre de sortie mais à chaque fois, on ne parle pas beaucoup. Pourquoi aujourd'hui, j'ai envie de lui parler de tout et de rien ?

« Non ça va merci. Si tu as froid tu peux mettre le chauffage, ce n'est pas nous qui payons le carburant »

Dis-je en riant. Car ça y est, il me fait rire celui-là. Et même, inconsciemment, est-ce que je n'ai pas envie qu'il fasse plus chaud dans la voiture ?
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 12/11/2017
› Sms envoyés : : 57
› Etudes/Métier : Flic pour l'unité des renseignements, ancien soldat

› Mon adresse : : N#133 - Appartement à stanley street
› Mon anniversaire : : 23/04/1984
› Age : : 34
› Avatar: : Jesse L. Soffer


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit: petit prince
Présence : Présent(e)
Disponibilité RP: Disponible

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Mer 20 Déc - 16:57


   
nos mots innocents
Toni & Pharrell

   
« Sublime & silence, autour de moi tu danses. Et moi j'oublie, c'est à toi que je pense. »
Il y a des jours avec et des jours sans. Les jours sans il faut essayer d'avancer et surtout d'être agréable vis-a-vis des autres, ça c'est pas tous les jours faciles, mais il faut essayer et parfois même se forcer. Avec elle, j'ai pas besoin de faire semblant d'aller bien quand ça va pas. Alors oui bien sûre, j'essaie quand même d'être agréable, mais je ne me force pas et je pense que si nous nous entendions si bien tous les deux, c'est simplement parce que nous sommes presque pareils, en tout cas nous avons plus de points en commun que n'importe qui d'autre dans cet établissement, c'est quand mieux que rien. J'aime la chercher, j'aime bien lancer de petits pics par-ci par là, mais évidemment jamais dans la méchanceté et je pense que ça elle en est bien consciente sinon ça ferait un long moment que l'on ne ferait plus équipe tous les deux ensembles je pense bien. « Ca se voit que tu ne m'as jamais vu conduire ! » J'arque l'un de mes sourcilles très légèrement en la regardant dans les yeux.

« Tu es sérieuse ? Tu me fais peur là rassure moi, tu n'as pas déjà Alzheimer ! »

Nous arrivons sur les lieux et je sais, tout comme elle, que la journée va être longue, mais que faire de plus à part attendre. C'est vraiment le genre de journée que je déteste lorsque les personnes que nous suivons se font attendre. Espérons tout de même que la journée passe vite malgré tout, même si je reconnais que j'aime sa compagnie. L'hiver est bien là, les températures n'ont pas encore chuté dans le négatif, mais il fait tout de même assez humide dans cette ville alors je lui demande elle a froid, par galanterie peut-être, je l'ignore. « Non ça va merci. Si tu as froid tu peux mettre le chauffage, ce n'est pas nous qui payons le carburant » Bon sur ce point-là elle n'a pas tort c'est bien vrai. Je l'allume tout de même, mais je me permets de faire une petite remarque du second degré, ou presque.

« J'ai trop de muscle pour avoir froid … Mais par précaution, comme je ne veux pas te transformer en glaçon, je vais quand même allumer. Je suis gentleman avoue ... »
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› J'ai posé mes valises le : 05/07/2017
› Sms envoyés : : 282
› Etudes/Métier : Détective dans l'unité des renseignements.

› Mon adresse : : # Sud de la ville
› Mon anniversaire : : 08/04/1987
› Age : : 31
› Avatar: : Tracy Spiridakos


Feuille du joueur
Pseudo IRL et Crédit:
Présence :
Disponibilité RP:

Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni) Mer 20 Déc - 17:32


nos mots innocents
Pharrell & Toni

« La rivière te ressemble, au moins en apparence, pourtant tu fuis. »
Au fond je ne pense pas que l'on soit différent tous les deux. Ca se voit dans ses yeux, sur son visage qu'il y a du vécu derrière. Même s'il est toujours entrain de sourire, j'ai remarqué que parfois il est foré. J'aime ce genre de personne car moi je n'en fais pas partis, c'est comme si je les jalouse. Moi, quand je ne vais pas bien, je décide de le montrer à tout le monde parce que je ne veux pas que l'on m'énerve mais c'est comme si j'ai envie que quelqu'un vienne à mon secours. Pourquoi à chaque fois c'est Pharrell ? Car c'est mon coéquipier ? Car il est gentil ? J'en sais rien. Il pourrait faire comme tout le monde et m'ignorer. Mais il a toujours le mot gentil pour moi ou la petite pic qui me fait sortir de mes gongs. Je me rappelle quand au début je lui faisais comprendre que ça m'énerver. Il était qu'un inconnu pour moi alors je ne voulais pas qu'il ait le privilège de me faire des pics sans que je ne dise rien. Aujourd'hui, c'est différent. Si je ne l'entend pas, je n'attend que ça dans le reste de la journée. Pour aujourd'hui, il a commencé fort, même si je n'ai pas vraiment réagit, cela m'a fait plaisir.

« Je suis trop jeune pour ça, mais toi je ne sais pas. » dis-je en le fixant.

Avoir Alzheimer ça m'aurait bien aidé dans la vie je pense. J'aimerais tellement tout oublier pour recommencer ici, à Greenwood Hills. Même à des centaines, voir milliers de kilomètres de mon ancienne vie, j'ai toujours l'impression qu'elle me suit, qu'elle me colle à la peau. On dit qu'il ne faut pas regarder en arrière mais j'y arrive pas. J'aimerais me tourner vers l'avant, regarder mon avenir mais pour être honnête, je n'ai aucune idée de quoi faire plus tard. J'ai un métier qui me plaît mais je parle de l'amour. C'est important pour moi, j'ai besoin qu'on m'aime, j'ai besoin qu'on me dise des compliments et en ce moment, ça me manque terriblement.

Pour en revenir à Pharrell, je pense qu'on est un duo qui fonctionne bien, on sait s'aider quand il le faut. Pourquoi avoir lui je me sens aussi bien ? J'ai l'impression qu'il ne me jugera pas si je lui dis que je ne vais pas bien. Bien sûr, j'hésite toujours à lui parler de ce que j'étais avant, ça me ferait du bien mais je ne veux pas qu'il change son regard sur moi. J'aime tellement sa façon de me regarder. Je le regarde, on est seul dans cette voiture, on s'entend aussi bien l'un que l'autre qu'on va s'ennuyer. On aime tellement être dans l'action alors là, être assis et attendre ce n'est pas notre truc. Avec la chance que l'on a, comme souvent, on va voir personne, on va rentrer au poste et on aura juste perdu une journée à rien faire. Il me propose d'allumer le chauffage. C'est vrai qu'il fait froid dehors, j'ai vu la température sur mon téléphone, mais je n'ai pas plus froid que ça, sûrement trop emporté par la colère. Je ris à son humour.

« Je ne savais pas que les muscles donnaient chaud. La graisse oui et pour ma part ça va, elle me couvre bien, annonçais-je en regardant mon ventre. Rrrh je me laisse trop aller en ce moment. »

Qu'est-ce que j'attends de lui en disant cela ? Qu'il me dise que nous, je suis maigre, que je suis jolie ?

« Tu dois bien être le dernier gentleman dans cette ville. »

D'accord, je ne contrôle même plus ce que je lui dis.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: Encore un jour se lève (Ft. Toni)

Revenir en haut Aller en bas
 

Encore un jour se lève (Ft. Toni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un nouveau jour se lève. [~ Lawla]
» La liberté a un prix [pv Felix & Killian Jones]
» Le jour se lève [Terminé]
» Le jour se lève [ Malony]
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GREENWOOD HILLS ™ :: GREENWOOD HILLS :: Place principale :: Poste de police-